Menu
Quitter

Ooops ! Tu n'es pas connecté.


Retour ×
3 3
3 3

Mise à jour le 26/11/2018

Alphabet

Apprendre à lire.

Bienvenue dans notre salon Alef Beth, dédié à l'apprentissage de l'hébreu. Vous pouvez à partir du menu latéral accèder à l'ensemble des leçons, ou utiliser les raccourcis pour aller directement à une page de la leçon.


L’Alphabet

Notions pédagogiques : Pédagogie. Notions pédagogiques.
  • Présenter la construction de l'écriture hebraïque depuis son origine ;
  • Marquer les grandes étapes de l'évolution de l'écriture ;

Introduction.

L'alphabet hébreu comprend vingt-deux (22) lettres, qui représentent exclusivement les phonèmes consonantiques de la langue hébraïque. L'ordre de succession de ces caractères, dit ordre alphabétique, sert, par exemple, à organiser la présentation lexicale des mots dans les dictionnaires ou autres listes de vocabulaire.

Depuis l'invention de l'imprimerie, l'écriture des livres imprimés utilise l'écriture dite carrée, ou assyrienne. L’écriture manuscrite utilise pour sa part la notation cursive. Enfin, l’écriture manuscrite dite Rashi dont l’auteur est Rashi (Rabbi Shlomo ben Itzhak HaTzarfati רבי שלמה בן יצחק הצרפתי, Rabbi Shlomon fils d'Isaac le Français) est une forme particulière d’écriture utilisé par l’auteur dans ses commentaires du Tannah et du Talmud.

Evolution de l'écriture.

Avant de découvrir notre alphabet, regardons son évolution depuis ces premières traces jusqu'à nos jours.

L'alphabet protosinaïtique -1700 à -1050 EC.

L'alphabet protosinaïtique, également appelé alphabet protocananéen, est l'un des plus anciens alphabets connus. Il est, par dérivations et modifications successives, à l'origine de la plupart des alphabets utilisés aujourd'hui.

Cet alphabet linéaire (par opposition à cunéiforme) comporte vingt-trois (23) signes distincts, ce qui indique qu'il ne peut pas s'agir d'un syllabaire. Il est hypothétiquement dérivé des hiéroglyphes égyptiens : plus de la moitié des signes peuvent être mis en relation avec leur prototype égyptien. Chaque symbole représente une consonne suivie d'une voyelle quelconque, ce qui correspond de facto à un abjad ; les signes unilitères (un caractère unilitère en hiéroglyphe égyptien est un symbole qui représente une consonne ou une voyelle.) égyptiens semblent avoir profondément influencé les caractères de l'alphabet protosinaïtique.

À quelques kilomètres de Sérabit-el-Khadem, dans la vallée Wadi-el-Mukattab, de nombreuses parois rocheuses sont gravées d'une grande quantité de signes. Ces inscriptions sont parmi les premières traces de l'Alphabet protosinaïtique, dont est dérivé l'alphabet phénicien.

Nom des lettres.

Toutes ces inscriptions présentent un trait particulier : par principe acrophonique (Méthode consistant à énoncer un mot dont la lettre initiale représente la lettre de l’alphabet que l’on souhaite transmettre au récepteur.) elles utilisent une dérivation de hiéroglyphes phonétiques égyptiens pour écrire un langage sémitique. Les auteurs de ces deux inscriptions ont utilisé des signes égyptiens en leur donnant pour valeur le premier son dans leur langage sémitique du mot désigné par le hiéroglyphe égyptien.

Ces inscriptions ont donc été écrites par des sémites qui travaillaient dans les mines égyptiennes du Sinaï.

Graphèmes.

א בּ ב ג ד ה ו ז ח ט י כּ כ ל מ נ ס ע פּ פ צ ק ר ש תּ ת

א בּ ב ג ד ה ו ז ח ט י כּ כ ל מ נ ס ע פּ פ צ ק ר ש תּ ת

Les cinq consonnes finales ם ך ף ץ ן ne sont pas prises en compte dans l'alphabet . La lettre shine|sine est unique, le point n'est pas marqué ש. Par contre les six consonnes בּ גּ כּ ךּ פּ תּ à doubles prononciations (daguesh) sont présentes.

Le tableau ci-dessous représente les lettres de l'alphabet proto-Cananéen avec leur correspondances en hébreu moderne.

Let. Lettre Nom Sens Signification He Hébreu
א ʾālef boeuf א
בּ|ב Bēth maison בּ|ב
ג Gīmel chameau ג
ד Dāleth porte ד
ה battant (fenêtre) ה
ו Wāw hameçon ו
ז Zayin arme ז
ח Ḥēth mur ח
ט Ṭēth roue ט
י Yōdh main י
כּ|כ Kaf paume כּ|כ
ל Lāmedh bâton ל
מ Mēm eau מ
נ Nun serpent, poisson נ
ס Sāmekh poisson ס
ע ʿayin oeil ע
פּ|פ bouche פּ|פ
צ Ṣādē papyrus צ
ק Qōp singe ק
ר Rēš tête ר
ש Šin soleil, dent ש
תּ|ת Tāw marque, ici, maintenant תּ|ת

L'alphabet phénicien -1200 à -150 EC

L'alphabet phénicien, appelé par convention alphabet proto-cananéen pour les inscriptions antérieures à -1200 EC, est un ancien abjad , un alphabet consonantique non pictographique. Il était utilisé pour l'écriture des langues cananéennes et en particulier du phénicien, une langue sémitique utilisée par la civilisation phénicienne.

Il est devenu l'un des systèmes d'écriture les plus utilisés, transmis par les marchands phéniciens dans le monde méditerranéen où il a évolué et a été assimilé par de nombreuses cultures. L'alphabet araméen, une forme modifiée du phénicien, est l'ancêtre de l'alphabet arabe moderne, tandis que l'alphabet hébreu moderne est une variante stylistique de l'araméen.

Le Sarcophage d'Ahiram était destiné à recevoir la dépouille d'Ahiram, roi phénicien de Byblos (aujourd'hui le Liban). Il comporte une inscription qui est le plus ancien exemple de texte de taille significative écrit à l'aide de l'alphabet phénicien (entre -1300 à -1000 EC).

Nom des lettres

Le nom des lettres phéniciennes n'est pas directement connu. On suppose que les Phéniciens utilisaient un système acrophonique pour les nommer, c'est-à-dire que le nom de chacune débute par la lettre elle-même. Ces noms sont essentiellement les mêmes que dans les scripts parents, qui à leur tour dérivent de la valeur des mots que les pictogrammes hiéroglyphiques à l'origine des caractères représentent. Ces mots d'origine sont traduits depuis l'égyptien et le son initial de chaque mot traduit devient la valeur de chaque lettre.

Graphèmes

Alphabet Phénicien d'Ahiram et Moabite

א ב ג ד ה ו ז ח ט י כ ל מ נ ס ע פ צ ק ר ש ת

X S r q t p o s n m l k y T H z w h d g b a

א ב ג ד ה ו ז ח ט י כ ל מ נ ס ע פ צ ק ר ש ת

Les cinq consonnes finales ם ך ף ץ ן ne sont pas prises en compte dans l'alphabet. La lettre shine|sine est unique, le point n'est pas marqué ש. Les six consonnes בּ גּ כּ ךּ פּ תּ à doubles prononciations (daguesh) ne sont pas présentes également.

Le tableau ci-dessous représente les lettres de l'alphabet Phénicien utilisées sur le sarcophage d'Ahiram.

Let. Lettre Nom Sens Signification He Hébreu
א ʾālef boeuf א
ּב Bēth maison ב
ג Gīmel chameau ג
ד Dāleth porte ד
ה battant (fenêtre) ה
ו Wāw hameçon ו
ז Zayin arme ז
ח Ḥēth mur ח
ט Ṭēth roue ט
י Yōdh main י
כ Kaf paume כ
ל Lāmedh bâton ל
מ Mēm eau מ
נ Nun serpent, poisson נ
ס Sāmekh poisson ס
ע ʿayin oeil ע
פ bouche פ
צ Ṣādē papyrus צ
ק Qōp singe ק
ר Rēš tête ר
ש Šin soleil, dent ש
ת Tāw marque, ici, maintenant ת

L'alphabet paleo-hébraïque -1000 à -500 EC

L'alphabet paléo-hébraïque (כתב עברי - ktav ivri) est une ramification de l'alphabet phénicien utilisé pour écrire l'hébreu à partir du Xe siècle AEC. L'écriture paléo-hébraïque sera utilisée jusqu'au Ier siècle de notre ère, alors définitivement supplantée par l'écriture araméenne également en usage depuis le retour d'Exil de Babylone au Ve siècle AEC.

La plus ancienne inscription connue utilisant l'alphabet paléo-hébraïque est peut-être l'ostracon de Khirbet Qeiyafa entre -1050 et -970 EC.

Le calendrier de Gezer datant de la fin du Xe siècle AEC. Il fut découvert par l'archéologue irlandais Robert Macalister au début du XXe siècle dans la ville de Gezer, à 30 km de Jérusalem dans la région de Judah. Le calendrier décrit des périodes bi-mensuelles liées à l'agriculture.

L'abécédaire de Zayit est une pierre trouvée en juillet 2005 par l'archéologue Ron Tappy à Tel Zayit, dans la vallée de Bet Guvrin au sud-ouest d'Israël, à environ 50 km de Jérusalem, dans ce qui était à l'époque le sud du royaume de Juda. Ce qui ressemble à un abécédaire de l'hébreu biblique contient 18 lettres gravées sur la première ligne, au moins 2 sur la seconde plus deux symboles. On y trouve aussi des restes d'autres inscriptions, au moins 3 mots et deux autres symboles. La forme des lettres semble plus archaïque que celle du calendrier de Gezer, et selon l'épigraphie, remonte elle aussi au Xe siècle AEC.

On trouve également des éléments en hébreu parmi les inscriptions moabites remontant à l'époque du roi moabite Mesha (IXe siècle AEC). Elle est constituée de basalte et fut découverte en 1868. Le texte de trente-quatre lignes (l'inscription la plus longue découverte jusqu'à présent pour cette époque de l'ancien Israël), est écrit en moabite. Datée de 850 AEC environ, elle relate les victoires de Mesha au cours de sa révolte contre le royaume d'Israël qu'il entreprit après la mort de son suzerain Achab.

Les manuscrits ont évolué en développant de nombreux éléments cursifs, les éléments lapidaires de l'alphabet phénicien étant progressivement mis de côté avec le temps. Ce rejet de l'écriture lapidaire peut expliquer pourquoi la coutume de la mise en place de stèles par les rois portant des inscriptions votives pour leur divinité n'était pas largement diffusée en Israël. Même les inscriptions gravées du VIIe siècle AEC montrent des éléments de style cursif comme l'ombrage, qui est produit naturellement par l'utilisation d'un stylet et de l'encre. L'inscription de Siloam est un passage de texte inscrit dans le tunnel d'Ézéchias date du VIIIe | VIIe siècle AEC et des centaines de sceaux en hébreux du VIe siècle AEC font parti des plus anciennes traces existantes en hébreu paléo-hébraïque. Le manuscrit cursif le plus développé figurent sur les 18 ostraca de Lakish, des lettres envoyées par un officier au gouverneur de Lakish peu avant la destruction de Jérusalem en -586 EC.

Après la capture babylonienne de Juda en 586 AEC, la plupart des élites sont envoyées en exil. Les paysans, restés à Juda, continuent d'utiliser l'alphabet paléo-hébraïque tandis que les exilés adoptent la langue diplomatique de l'époque c'est-à-dire l'araméen, à la fois comme langue vernaculaire (i.e du pays) et comme alphabet. Des anses de jarres du VIe siècle AEC, sur lesquelles figurent les noms de quelques viticulteurs, sont des exemples de cette survivance du paléo-hébraïque. Cependant, avec le retour des exilés après - 521, l'araméen, dont ils sont imprégnés, s'impose peu à peu. À partir du début du Ve siècle AEC, alors que l'araméen est devenu un moyen de communication officiel, l'alphabet paléo-hébraïque continue cependant d'être utilisé par des scribes érudits, pour la plupart sadducéens, pour écrire le Tanakh. Des fragments paléo-hébraïques ont été trouvés dans les rouleaux de la Mer Morte. La grande majorité des pièces de monnaie hasmonéennes, ainsi que celles de la première guerre judéo-romaine et de la révolte de Bar Kokhba, portent des légendes en paléo-hébraïque. L'utilisation de cet alphabet disparaît totalement après 135 EC.


Graphèmes.

Paléo-Hébraïque : Pierre de Gezer.

א ב ג ד ה ו ז ח ט י כ ל מ נ ס ע פ צ ק ר ש ת

Paléo-Hébraïque : Stéle de Mesha.

א ב ג ד ה ו ז ח ט י כ ל מ נ ס ע פ צ ק ר ש ת

Paléo-Hébraïque : Inscription de Siloam.

א ב ג ד ה ו ז ח ט י כ ל מ נ ס ע פ צ ק ר ש ת

Paléo-Hébraïque : Inscription de Lakhish.

א ב ג ד ה ו ז ח ט י כ ל מ נ ס ע פ צ ק ר ש ת

Paléo-Hébraique : Ecriture Qumran.

א ב ג ד ה ו ז ח ט י כ ל מ נ ס ע פ צ ק ר ש ת

Paléo-Hébraique : Ecriture Samaritaine.

א ב ג ד ה ו ז ח ט י כ ל מ נ ס ע פ צ ק ר ש ת

Ecriture carrée : Ezra.

א ב ג ד ה ו ז ח ט י כ ל מ נ ס ע פ צ ק ר ש ת


L'alphabet Araméen -500 à 100 EC

Vers -500 EC, à la suite des conquêtes achéménides (Ier empire Perse) de la Mésopotamie sous Darius Ier, le vieil araméen est adopté par les conquérants comme langue de communication écrite entre les différentes régions de l'Empire. L'araméen impérial est très standardisé. Pendant des siècles après la chute de l'Empire achéménide en -331 EC, l'araméen impérial exerce une influence sur les différentes langues. L'usage répandu de l'alphabet araméen conduit à son adoption progressive pour écrire l'hébreu. Avant cette adoption, l'hébreu est écrit en alphabet paléo-hébraïque, un système d'écriture plus proche de l'alphabet phénicien.

Une écriture hébraïque cursive se développe dans les premiers siècles du Ier millénaire, mais elle reste restreinte à un statut de variante utilisée à côté de l'écriture non-cursive. Par contraste, la cursive se développant à partir de l'alphabet nabatéen à la même période devient le standard pour écrire l'arabe, donnant à terme l'alphabet arabe.


Graphèmes

Araméen : Bar Raqib.

א ב ג ד ה ו ז ח ט י כ ל מ נ ס ע פ צ ק ר ש ת

Araméen : Pierre de Gözne.

א ב ג ד ה ו ז ח ט י כ ל מ נ ס ע פ צ ק ר ש ת

Araméen : Impérial Yeb.

א ב ג ד ה ו ז ח ט י כ ל מ נ ס ע פ צ ק ר ש ת

Ecriture carrée : Ezra.

א ב ג ד ה ו ז ח ט י כ ל מ נ ס ע פ צ ק ר ש ת

L'alphabet Carré à partir de 0 EC

Dernière étape de notre histoire, l'écriture dite carrée.


Cursif : Ecriture Habakuk (0EC).

א ב ג ד ה ו ז ח ט י כ ל מ נ ס ע פ צ ק ר ש ת

cursif : Ecriture Ben Kosba (132EC).

א ב ג ד ה ו ז ח ט י כ ל מ נ ס ע פ צ ק ר ש ת

Cursif : Ecriture Ben Shearim (300EC).

א ב ג ד ה ו ז ח ט י כ ל מ נ ס ע פ צ ק ר ש ת

Ecriture carrée : Ezra.

א ב ג ד ה ו ז ח ט י כ ל מ נ ס ע פ צ ק ר ש ת

Le tableau suivant donne les formes des graphèmes de l'alphabet araméen impérial, utilisé au Ve siècle AEC.
1 - Proto-Cananéen, -1900EC | -1700EC
2 - Phénicien Ahiram, -1300EC
3 - Phénicien Moabite, -1000EC
4 - Paleo-Hébreu (Gezer), -900EC
5 - Araméen Imperial, -407EC
6 - Cursif Habakuk, ~0EC
7 - Cursif Ben Kosba, 132EC
8 - Cursif Bet Shearim, 132EC

1 2 3 4 5 6 7 8 9
א א a א א א א א א
ּב ב ּb ּב ּב ּב ּב ב ב
ג ג g ג ג ג ג ג ג
ד ד d ד ד ד ד ד ד
ה ה h ה ה ה ה ה ה
ו ו w ו ו ו ו ו ו
ז ז z ז ז ז ז ז ז
ח ח H ח ח ח ח ח ח
ט ט T ט ט ט ט ט ט
י י y י י י י י י
כ כ k כ כ כ כ כ כ
ל ל l ל ל ל ל ל ל
מ מ m מ מ מ מ מ מ
נ נ n נ נ נ נ נ נ
ס ס s ס ס ס ס ס ס
ע ע o ע ע ע ע ע ע
פ פ p פ פ פ פ פ פ
צ צ t צ צ צ צ צ צ
ק ק k ק ק ק ק ק ק
ר ר r ר ר ר ר ר ר
ש ש S ש ש ש ש ש ש
ת ת X ת ת ת ת ת ת


23-09-2018 7

Sources et Références

Ci-dessous la liste des sources et références utilisées, organisée par thème.

Sources.


Histoire et origine de l'Alphabet.


Evolutions de l'alphabet.


Evolution de l'alphabet.


Découvertes archéologiques.


Régles d'écriture.