Menu
Quitter

Ooops ! Tu n'es pas connecté.


Retour ×
5 3
5 3

Mise à jour le 21/07/2017

Le Sefer Hamitzvot - Livre de commandements - écrit par Rabbi Moché Ben Maïmone (Rambam), aujourd'hui l'étude porte sur la section n° 136.

N'oubliez-pas de dédier votre étude aux personnes malades où à la mémoire de nos disparus.

Outils

Aide en ligne

Cette page permet d'afficher les commandements positifs et négatifs tirés du Sefer Hamitzvot dit leRambam.

Depuis le 28 avril 1984, soit 13 362 jours, nous avons l'habitude, comme nous la demandé le Rabbi, de lire chaque jour selon un découpage présis ces commandements.

26 : Permet d'aller directement à la section d'étude.
: Permet d'afficher cette aide en ligne.
: Permet d'afficher la licence et les droits d'usage accordé à l'utilisateur de Lilmod & Lelamed.
: Permet d'ajouter un marque page.
: Permet de sauvegarder les marques pages et les options.

120 Indique le numéro du commandement positifs.

360 Indique le numéro du commandement negatifs.

Fermer ×
Sefer Hamtizvot - LeRambam

Lilmod & Lelamed remercie toutes les personnes qui ont participées à la conception de cette application.

Les contenus sont libres de droit sous couvert de respecter le droit d'usage déclaré par l'auteur.

Note : L'édition numérisée du sefer Hamitzvot est l'oeuvre de la fondation Sefaria. Le texte est basée sur une oeuvre de 1883 (DP). La version française est tirée de l'édition de Mme Anne-Marie GELLER (1987) pour le compte du Beit Loubavitch.

Licence générale
Lilmod & Lelamed :
Version : 1.5.5, 13 mai 2020
CreativeCommon 4.0 (BY-NC-SA)


Références & Sources

Hebreu :
Sefer HaMitzvot, Warsaw 1883
Domain Public, CreativeCommon 3.0 (BY-NC-SA), (2016-02-18),

Correction/relecture : Eliaou Ben David HADJADJ,
Mise à jour : 2016-07-03 CEST 18:41:00

Traduction :
Beth Loubavitch
Autorisation de diffusion, Rav levi Itshak Azimov, (2016-07-03),

Correction/relecture : Eliaou Ben David HADJADJ,
Mise à jour : 2016-07-03 CEST 18:46:00

Fermer ×

Sefer Hamtizvot Sefer Hamtizvot - Le Rambam - 136 136


150
C'est l'interdiction qui nous a été faite de manger la seconde dîme en cas d'impureté, avant de l'avoir rachetée, même à Jérusalem, car la règle générale est qu'une seconde dîme devenue impure doit être rachetée, même à Jérusalem, ainsi que c'est expliqué dans Makkoth.

Cette prohibition est tirée du verset : [De ces choses saintes je n'ai rien consommé pendant mon deuil], rien prélevé en état d'impureté, [rien employé en l'honneur d'un mort] .

La Tradition s'exprime ainsi à ce sujet : Que je sois impur et que la dîme soit pure ou que je sois pur et que la dîme soit impure .

La Guemara de Makkoth explique plus loin qu'il est interdit de manger une seconde dîme ou des prémices devenus impurs, et qu'une personne en état d'impureté est punissable de bastonnade si elle en mange, à condition qu'elle mange cette dîme non-rachetée à Jérusalem en état d'impureté ; dans ce cas seulement, elle est punissable de bas tonnade, comme nous l'avons dit.

Les lois relatives à ce commandement ont été expliquées à la fin de Makkoth.



151
Il est interdit à une personne en deuil (Onen) de consommer la seconde dîme.

C'est tiré du verset suivant : De choses saintes, je n'ai rien consommé pendant mon deuil .

Selon la Michna, il faut apporter la [seconde] dîme et les prémices à Jérusalem, réciter la confession et elles sont interdites aux personnes en deuil .

De même, d'après ce verset, aucune personne endeuillée n'a le droit de manger des offrandes sacrées. La Torah précise à cet égard : ...et pareille chose m'est advenue; et si j'avais mangé un expiatoire aujourd'hui, est-ce que cela aurait plu à l'Etemel....

Les lois relatives au deuil ont été expliquées au chapitre huit de Pessa'him et au chapitre deux de Zeba'him. Celui qui consomme des sacrifices ou la seconde dîme pendant son deuil,est passible de bastonnade.