Menu
Quitter

Ooops ! Tu n'es pas connecté.


Retour ×
15 12
15 12

Mise à jour le 21/07/2017

Le Sefer Hamitzvot - Livre de commandements - écrit par Rabbi Moché Ben Maïmone (Rambam), aujourd'hui l'étude porte sur la section n° 218.

N'oubliez-pas de dédier votre étude aux personnes malades où à la mémoire de nos disparus.

Outils

Aide en ligne

Cette page permet d'afficher les commandements positifs et négatifs tirés du Sefer Hamitzvot dit leRambam.

Depuis le 28 avril 1984, soit 13 900 jours, nous avons l'habitude, comme nous la demandé le Rabbi, de lire chaque jour selon un découpage présis ces commandements.

26 : Permet d'aller directement à la section d'étude.
: Permet d'afficher cette aide en ligne.
: Permet d'afficher la licence et les droits d'usage accordé à l'utilisateur de Lilmod & Lelamed.
: Permet d'ajouter un marque page.
: Permet de sauvegarder les marques pages et les options.

120 Indique le numéro du commandement positifs.

360 Indique le numéro du commandement negatifs.

Fermer ×
Sefer Hamtizvot - LeRambam

Lilmod & Lelamed remercie toutes les personnes qui ont participées à la conception de cette application.

Les contenus sont libres de droit sous couvert de respecter le droit d'usage déclaré par l'auteur.

Note : L'édition numérisée du sefer Hamitzvot est l'oeuvre de la fondation Sefaria. Le texte est basée sur une oeuvre de 1883 (DP). La version française est tirée de l'édition de Mme Anne-Marie GELLER (1987) pour le compte du Beit Loubavitch.

Licence générale
Lilmod & Lelamed :
Version : 1.5.5, 13 mai 2020
CreativeCommon 4.0 (BY-NC-SA)


Références & Sources

Hebreu :
Sefer HaMitzvot, Warsaw 1883
Domain Public, CreativeCommon 3.0 (BY-NC-SA), (2016-02-18),

Correction/relecture : Eliaou Ben David HADJADJ,
Mise à jour : 2016-07-03 CEST 18:41:00

Traduction :
Beth Loubavitch
Autorisation de diffusion, Rav levi Itshak Azimov, (2016-07-03),

Correction/relecture : Eliaou Ben David HADJADJ,
Mise à jour : 2016-07-03 CEST 18:46:00

Fermer ×

Sefer Hamtizvot Sefer Hamtizvot - Le Rambam - 218 218


96
Il s'agit du commandement qui nous a été ordonné au sujet de l'impureté transmise par le cadavre des animaux.

Ce commandement comprend l'impureté due au cadavre d'un animal et toutes les règles relatives à celle-ci.

Je te rappelle, en guise d'introduction, ce qu'il faut avoir en mémoire au sujet de tout ce qui sera cité plus loin à propos des impuretés : si nous comptons comme commandements positifs les différentes catégories d'impureté, cela ne signifie évidemment pas que nous devons nous souiller [à leur contact] ni qu'il nous soit interdit de les toucher de sorte qu'il s'agirait d'un commandement négatif.
Au contraire, [ce que nous voulons dire, c'est que] la Torah déclare que celui qui entre en contact avec telle ou telle catégorie [d'impureté] devient impur ou bien que tel objet rend impur de telle manière celui qui entre en contact avec lui; tout cela constitue un commandement positif. En d'autres termes : cette loi que nous sommes tenus d'observer est un commandement, en vertu duquel nous devons déclarer impur celui qui entre en contact avec telle chose de telle manière, mais si c'est d'une autre manière, il ne devient pas impur. Le fait de devenir effectivement impur constitue un choix : celui qui le veut devient impur, sinon il ne le devient pas.

Le Sifra s'exprime ainsi : Vous ne toucherez point à leur cadavre , un homme qui a touché un cadavre d'animal est-il passible de la bastonnade ? La Torah précise : Ceux qui suivent vous rendront impurs . Est-ce à dire que celui qui voit un cadavre d'animal doit y toucher et en devenir impur ? Evidemment non, puisque la Torah dit : Vous ne toucherez pas à leur cadavre .

Comment concilier ces deux textes ? On ne peut que répondre qu'il s'agit d'une chose facultative.
C'est pourquoi le commandement consiste en ces prescriptions qui nous ont été données : celui qui y touche devient impur et est donc soumis à toutes les prescriptions des personnes impures : être exclu du camp de la Présence divine, ne pas consommer de choses consacrées, ni y toucher et autres choses analogues. Voilà en quoi consiste le commandement : celui qui devient impur en touchant telle chose ou en se trouvant dans sa proximité de manière définie. Il faut garder cela en mémoire à propos de toutes les sortes d'impureté.